© Melania Avanzato

« Il arrive que les fragiles alliés de l’éternel donnent à la terre sa forme définitive. Etrange
économie des outre-mondes où se proclament les lois qui régissent les plis de nos vies ;
intentions qui, en action dans ce monde, subissent les épreuves du temps et les sanctions
des matières dans lesquelles elles s’incarnent. Pas la peine de tergiverser dans cet univers
de cendres, où le volatile emporte le solide. L’outil le plus étrange de cette mécanique quasicéleste,
tant son infaillibilité rend l’enfant presque effrayant, est une série de lumières avides,
tellement sauvages qu’elles ont l’apparence de la prière, et sa consistance. Une prière si
noire qu’elle absorbe dès sa surface le regard fasciné qui la contemple, et le perd dans un
jeu d’abîmes et de reflets. Bien sûr la colère gronde et ronge. Elle est saine et bienvenue.
Elle crie famine. Elle crie justice. Elle ne crie pas très fort. L’humidité ici est totale, s’éponge
sur elle-même. Ceci nous revient : pourquoi devenir ce que nous avons toujours été, un
réseau de fils tendus à travers une vaste plaine ? Tout paysage est modelé par la trace de
nos rêves »

Arnaud Zohou